LE CINÉMA CHEZ PERROTIN

 Lars von Trier investit la Galerie Perrotin pour une exposition pleine d’émotion

Du 4 septembre au 2 octobre, la galerie parisienne expose pour la première fois 24 tirages extraits des films du réalisateurs danois, créant un parcours haut en couleur et en émotion.

ADmagazine - 31 août 2021 

Composée de 24 photographies, référence aux 24 impressions par seconde qui constituent une image cinématographique, l'exposition passe en revue la richesse mais aussi la complexité des 27 ans de carrière du réalisateur. Toujours empreints d'une certaine forme de radicalité aussi bien visuelle que scénaristique, les films de Lars von Trier ont marqué l'histoire du cinéma. Qu'il s'agisse de tournages caméra sur l'épaule ou de plans plus travaillés et sophistiqués, le cinéaste place toujours les émotions et leur expression au centre de son œuvre. Ce n'est pas un hasard si la plupart des clichés présentés dans le cadre de l'exposition s'avèrent être des portraits. Le regard et le visage étant les meilleurs vecteurs des passions humaines et des émotions fortes, le réalisateur en fait son terrain de jeu favori. Parfois plus proche d'un tableau que d'une scène de film, l'identité picturale du cinéaste se déploie ici comme un mémento de son travail, rendant compte du travail de composition visuelle minutieux et de la cohérence artistique qui relie ses longs-métrages.

Lars von Trier, du 4 septembre au 2 octobre 2021 (Galerie Perrotin, 10 impasse Saint Claude, 75003 Paris)

L'ARC DE TRIOMPHE EN PAQUET À PARIS

 L'empaquetage de l'Arc de Triomphe, œuvre posthume de Christo, entre dans le vif du sujet avec le premier "déroulé de tissu"


C'était un rêve de l'artiste Christo, disparu l'an passé : transformer l'Arc de Triomphe en gigantesque paquet-cadeau. Son projet artistique est actuellement dans la dernière ligne droite : les milliers de mètres de tissu ont commencé à être déployés dimanche matin.

franceinfo Culture - 12/09/2021 17:04


Plusieurs centaines de mètres carrés de tissu recyclable en polypropylène argent bleuté, prévu pour ondoyer au gré des éléments, ont été déroulés dimanche sur l'un des côtés de l'Arc de Triomphe, opération lançant la dernière ligne droite de l'empaquetage du monument parisien. 

Du 18 septembre au 3 octobre, le rêve de jeunesse de Christo (décédé en mai 2020) et de son épouse Jeanne-Claude, sera réalisé: haut-lieu des commémorations françaises, l'Arc de Triomphe, haut de 50 m, sera intégralement transformé en gigantesque paquet-cadeau, maintenu par 3.000 m de corde rouge. 

Une équipe de cordistes à l'assaut du monument 

Après des semaines de préparatifs, une équipe de 95 cordistes s'est lancée dimanche matin depuis le sommet de l'Arc de Triomphe pour déployer, côté avenue de Wagram, un premier rouleau de tissu. 

L'empaquetage (25.000 m2 de tissu) se poursuivra jour et nuit pour être fin prêt le 18 septembre, jour de l'inauguration. 

"Aujourd'hui, c'est un des moments les plus spectaculaires de l'installation. L'Arc de Triomphe empaqueté commence à prendre vie et se rapproche plus encore de la vision de ce qui a constitué le rêve de toute une vie pour Christo et Jeanne-Claude", a confié Vladimir Yavachev, neveu de l'artiste qui supervise le projet. 

Le public pourra bientôt venir voir et toucher l’œuvre 

"Le 18 septembre au matin, une fois que nous aurons fini de disposer les cordes et d'apporter les dernières touches, les grilles de protection du chantier en cours seront retirées pour permettre gratuitement au public de venir, de voir et de toucher l'œuvre d'art". 

L'empaquetage de l'Arc de Triomphe "sera comme un objet vivant qui va s'animer dans le vent et refléter la lumière. Les plis vont bouger, la surface du monument devenir sensuelle", expliquait Christo en présentant son ultime projet, deux ans avant sa mort. 

Un projet autofinancé qui fait débat 

D'un coût de 14 millions d'euros, le projet est entièrement autofinancé, sans subvention publique, grâce à la vente d’œuvres originales de Christo, dessins préparatoires, souvenirs, maquettes et lithographies. 

Dans une tribune publiée samedi dans le quotidien Le Monde, l'architecte Carlo Ratti, l'un des amis de Christo, a cependant appelé à abandonner "l'esthétique des emballages à haut gaspillage". 

"Je propose que l'on arrête d'emballer l'Arc de triomphe, tant pour des raisons environnementales qu'intellectuelles. Sur le plan environnemental, pouvons-nous nous permettre de gaspiller 25.000 m2 de tissu pour l'emballage d'un monument ? L'industrie de la mode est responsable de 10% des émissions mondiales de carbone", a écrit Carlo Ratti.
En 1985,
Christo avait déjà empaqueté ainsi le Pont-Neuf, à Paris, un évènement resté dans les mémoires. 

Paris : l’incroyable empaquetage de l’Arc de Triomphe par Christo 

Après l’emballage du Pont-Neuf en 1985, c’est un autre monument qui s’apprête à être empaqueté, sur les plans originaux de Christo : l’Arc de Triomphe. Les travaux sont dans leur dernière ligne droite avec le début de la pose des tissus. 

Par Aubin Laratte - 12 septembre 2021 - LE PARISIEN 

L’artiste Christo en avait rêvé. Lui et sa femme, Jeanne-Claude, avaient déjà emballé en 1985 le Pont-Neuf à Paris. Sans l’un ni l’autre, tous les deux décédés, c’est leur neveu, Vladimir Yavachev, qui s’occupe désormais d’accomplir leur doux fantasme : empaqueter l’Arc de Triomphe. Après plusieurs semaines de travaux préparatoires, l’installation est entrée ce dimanche dans la dernière ligne droite... donnant à voir un magnifique spectacle aux passants. 

95 cordistes ont commencé à dérouler, ce dimanche, plusieurs rouleaux de tissu sur l’Arc de Triomphe afin de l’empaqueter. 

Le travail va durer encore plusieurs jours, jusqu’à l’inauguration de l’œuvre samedi prochain. Il est prévu que les opérations se déroulent de jour comme de nuit. 

C’est sous le regard curieux, parfois interloqué, des passants que les périlleuses manœuvres ont débuté ce samedi, après des semaines de travaux préparatifs (des supports ont notamment dû être posés pour maintenir le tissu). 

Il faut pas moins de 25 000 m2 de tissus pour couvrir tout le monument, ce à quoi il faut ajouter les 3 000 m de corde rouge pour en faire un véritable paquet-cadeau. 

Le projet coûtera 14 millions d’euros, mais il est entièrement autofinancé, sans aucune subvention publique, grâce à la vente d’œuvres originales de Christo, dessins préparatoires, souvenirs, maquettes et lithographies. 

Les Parisiens et touristes pourront profiter du nouveau lifting de l’Arc de Triomphe jusqu’au 3 octobre. L’énorme rond-point qu’est la place de l’Etoile sera rendu aux piétons chaque week-end, sur la période, à partir du 18 septembre, pour permettre d’en profiter. 

Christo et Jeanne-Claude avaient ce projet d’emballer le monument depuis... 1962 ! L’empaquetage de l’Arc de Triomphe « sera comme un objet vivant qui va s’animer dans le vent et refléter la lumière », expliquait Christo en présentant son ultime projet, deux ans avant sa mort. Jeanne-Claude, elle, est décédée en 2009. 

C’est le neveu des artistes, Vladimir Yavachev qui permet à ce rêve de prendre forme. Il était accompagné de Bruno Cordeau, administrateur de l’Arc de Triomphe, au lancement des travaux en juillet dernier. 

https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/art-contemporain/l-e...-dans-le-vif-du-sujet-avec-le-premier-deroule-de-tissu_4768917.html

https://www.leparisien.fr/paris-75/paris-lincroyable-empaquet...mphe-en-six-images-12-09-2021-JRSAUNUF5FFVDDDNQZHPDHMF2U.php

INQUIÉTUDES

 BREAKING NEWS 

« Drôle » d’année décidément… pour une fois, Galeries et Art Basel partagent quelque chose : l’inquiétude, exprimée par les galeries. (Stéphane Corréard - 5 septembre 2021)

Le salon Galeristes annulé 

Par Magali Lesauvage
03 septembre 2021
 

L'édition 2021 du salon Galeristes, qui devait avoir lieu au Carreau du Temple du 22 au 24 octobre (en même temps que la FIAC), n'aura pas lieu. C'est son directeur et fondateur Stéphane Corréard qui l'a annoncé ce vendredi 3 septembre sur Twitter, explicitant les motifs de l'annulation : « Trop risqué pour nous, si nous devons annuler plus tard. Trop risqué pour les galeries, si nous maintenons et que les acheteurs ne sont pas assez au rendez- vous ». Une décision motivée donc par l'incertitude encore liée à la pandémie de Covid-19, alors que l'édition 2020 avait été maintenue. 

ANNULATION DU SALON GALERISTES

Initialement prévu du 22 au 24 octobre pendant la FIAC au Carreau du Temple, dans le 3e arrondissement de Paris, la salon Galeries est annulé cette année, a annoncé vendredi sur Twitter son directeur et fondateur, Stéphane Corréard. « Trop risqué pour nous, si nous devons annuler plus tard. Trop risqué pour les galeries, si nous maintenons et que les acheteurs ne sont pas assez au rendez-vous », écrit-il. Et d’ajouter : « désolé pour les exposants et notre public, fidèles ». « Tous les signaux sanitaires que l’on a vont dans le mauvais sens, et j’ai eu deux filles vaccinées mais contaminées cet été, nous confie-t-il. Que faire s’il y a confinement de plusieurs galeries ? Et si le business n’est pas au rendez-vous ? Le service aux galeries est moindre, il faudrait diviser par deux les tarifs, ce qui n’est pas possible pour moi ». Et de préciser que les exposants seront remboursés intégralement et non pas sous forme d’avoir. « Je préfère m’arrêter là avant d’avoir dépensé 200 000 euros dans un mois », ajoute-t-il. À ce jour, il ne pense pas lancer de plateforme numérique en remplacement, en raison de leurs résultats mitigés, selon lui. A.C.

LA FOIRE ART BASEL ÉCRIT AUX EXPOSANTS POUR LES RASSURER

Sur fond d’inquiétudes grandissantes, Art Basel a écrit une lettre aux exposants de sa prochaine édition, prévue à Bâle, en Suisse, du 24 au 26 septembre. Les organisateurs de la foire d’art contemporain y assurent être « déterminés à accueillir la foire dans le contexte actuel car nous croyons ferment qu’elle peut se dérouler de façon sécurisée ». Envoyée le 2 septembre au soir aux galeries, elle se veut une réponse à la lettre ouverte publiée par plusieurs puissantes galeries basées aux États-Unis exprimant leur préoccupation après que leur pays a recommandé à ses concitoyens de ne pas se rendre en Suisse. Par ailleurs, certains vols entre le Royaume-Uni et l’aéroport de Bâle-Mulhouse ont été annulés. « Beaucoup de mes collègues sont soucieux au sujet des foires en général cet automne, tant sur le plan financier que de la santé », nous a confié un exposant, qui juge que la foire devrait être reportée à juin 2022. A.B.

Art Basel contrainte à des consignes sanitaires strictes 

Par Magali Lesauvage 

QDA - 02 septembre 2021  

Les choses se compliquent pour l'édition mère d'Art Basel, qui doit avoir lieu du 21 au 26 septembre. La nouvelle hausse des cas de Covid-19 en Suisse – on compte en moyenne cette semaine 2 500 cas par jour et un taux de positivité des tests de 11 %, tandis que 42 % des habitants n'ont reçu aucune dose de vaccin – pourrait bien gâcher les retrouvailles tant attendues par les galeries. Les autorités helvétiques réclament en effet qu'avant l'entrée sur le territoire, les voyageurs non-européens transmettent une preuve de vaccination. Pour tous, un certificat (équivalent de notre pass sanitaire) sera nécessaire pour entrer dans la foire. Or, le vaccin AstraZeneca, largement administré aux personnes de plus de 50 ans dans le monde, n'est pas reconnu pour les événements à grande échelle. Des tests PCR positifs seront dans ce cas requis. Par ailleurs, les États-Unis ont émis le 30 août un avis conseillant à leurs ressortissants de ne pas visiter la Suisse, fragilisant plus encore le succès de la reprise. 

VANDALISME

Vandalisme sur la plage d’Anglet 

Par Élizabeth Mismes
QDA - 29 août 2021
 

L’une des douze œuvres présentées sur la plage d’Anglet dans le cadre de la Biennale internationale d’art contemporain La Littorale a été vandalisée dans la nuit du 10 au 11 août. Le Rappel de l’océan, sculpture de Laurent Pernot (lauréat du prix SAM pour l’art contemporain en 2010), représente un enfant en céramique blanche dévêtu, assis face à l’océan sur le capot d’une voiture dressée à la verticale, tel un château de sable à moitié enseveli. La violence du geste qui a décapité l’enfant interpelle autant symboliquement que l’outrage fait à l’œuvre d’art. La Ville d’Anglet, qui organise la Biennale, a déposé une plainte, et une enquête est ouverte. Mais il est difficile de débusquer le (ou les) auteur(s) de cette agression commise en pleine nuit sur une plage déserte. Chaque biennale voit se perpétrer ces actes de malveillance. Jean-Michel Barate, premier adjoint au maire chargé de la culture, remarque le mode opératoire techniquement précis rappelant celui de 2018 (les jambes d’une sculpture avaient été minutieusement sciées et, elles aussi, emportées), ce qui pourrait évoquer le geste d’un déséquilibré. 


DISPARITION

Charlie Watts, le batteur des Rolling Stones, est mort

Publié le : 24/08/2021 - AFP


Le batteur des Rolling Stones, Charlie Watts est mort mardi, à l'âge de 80 ans, a annoncé son agent, Bernard Doherty. Il faisait partie du célèbre groupe de rock depuis 1963.


Le batteur des Rolling Stones, Charlie Watts, est mort, mardi 23 août, à Londres, à l'âge de 80 ans, a annoncé son agent Bernard Doherty, déplorant la disparition de "l'un des plus grands batteurs de sa génération".

"C'est avec une immense tristesse que nous annonçons le décès de notre cher Charlie Watts", a indiqué dans un communiqué son agent, précisant qu'il était "décédé paisiblement dans un hôpital de Londres plus tôt dans la journée, entouré de sa famille".

Un porte-parole de l'artiste avait déjà annoncé, début août, qu'il ne participerait pas à la tournée américaine du groupe, prévue pour l'automne, pour des raisons médicales. 

"Charlie a subi une intervention couronnée de succès", mais ses médecins estiment qu'il a besoin de repos, avait-il indiqué à l'époque, sans autre précision.


"L'un des plus grands batteurs de sa génération"

Le batteur, qui avait fêté ses 80 ans en juin, était membre des Rolling Stones depuis 1963. Avec le leader Mick Jagger et le guitariste Keith Richards, Charlie Watts faisait partie des plus anciens membres du célèbre groupe de rock, qui a vu défiler Mick Taylor, Ronnie Wood ou encore Bill Wyman.

En 2004, Charlie Watts avait été soigné pour un cancer de la gorge à l'hôpital Royal Marsden de Londres, dont il s'était remis après quatre mois de lutte, dont six semaines de radiothérapie intensive.

"Charlie était un mari, un père et un grand-père très apprécié et aussi, en tant que membre des Rolling Stones, l'un des plus grands batteurs de sa génération", a estimé Bernard Doherty. 

"Nous demandons que l'intimité de sa famille, des membres du groupe et de ses amis proches soit respectée en ces moments difficiles", a-t-il ajouté.


Loin des folies du groupe

Avec son visage impassible et son talent unanimement reconnu en matière de rythmique binaire, Charlie Watts offrait sur scène le parfait contrepoint aux déhanchements frénétiques de Mick Jagger et aux pitreries électriques des guitaristes Keith Richards et Ronnie Wood

Né le 2 juin 1941 à Londres, il était venu à la musique par le jazz. C'est son voisin, Dave Green, qui l'avait initié à 13 ans. Trente ans plus tard, ils formaient ensemble le quartette "The A, B, C & D of Boogie-Woogie". "Nous écoutions ensemble Duke Ellington, Chet Baker et Charlie Parker et c'était tout ce que nous rêvions de faire", racontait à l'AFP en 2011 cet amateur du swing. 

Autodidacte en batterie, le musicien a appris à jouer à l'oreille, en regardant les joueurs dans les clubs de jazz londoniens. "Je ne suis jamais allé dans une école pour apprendre à jouer du jazz. Ce n'est pas ce que j'aime. Ce que j'aime dans le jazz, c'est l'émotion." 

Après des études d'art, il a travaillé comme graphiste dans une grosse agence de publicité et joué, sur cachet, avec une kyrielle de groupes de jazz à Copenhague, puis à Londres. Il a fini par se laisser convaincre en 1963 de rejoindre les Rolling Stones, alors une petite formation balbutiante. 

Tout au long de sa carrière avec les Rolling Stones, celui qui tenait ses baguettes à l'envers en frappant avec le gros bout, a continué le jazz. Il a enregistré plusieurs disques sous son nom avec un quintette (Charlie Watts Quintet) puis un dixtuor (Charlie Watts and the Tentet).

"Je suis béni", disait Keith Richards. "Le premier batteur avec qui j'ai commencé il y a 40 ans est l'un des meilleurs au monde. Avec un bon batteur, on est libre de faire tout ce qu'on veut." 

Mais Charlie Watts a toujours affiché une modestie sans faille. Pour lui, "jouer dans un quartette de jazz intimiste et dans des stades avec les Rolling Stones n'est pas si différent". 


LE CINÉMA CHEZ PERROTIN

  Lars von Trier investit la Galerie Perrotin pour une exposition pleine d’émotion Du 4 septembre au 2 octobre, la galerie parisienne expos...