MUSIQUE CLASSIQUE

Né en 1810 à Żelazowa Wola en Pologne et mort en 1849 à Paris, Chopin connut une vie brève et une carrière fulgurante. Enfant précoce, il prend des cours de piano dès l’âge de six ans, et donne son premier concert à huit ans.  Nicolas Chopin ne tire aucun revenu des représentations de son fils et favorise une éducation équilibrée et épanouissante pour le jeune Frédéric. Il est alors un adolescent plein de vie, gai et un brin moqueur, bien loin de l’image de l’artiste tourmenté et triste que la postérité retiendra de lui. En 1826, Chopin s’inscrit au conservatoire de Varsovie pour terminer sa formation. Il en ressort sûr de lui et avec de nombreuses compositions. En 1830, après être allé à Vienne, Chopin arrive dans un Paris en pleine ébullition révolutionnaire. Chopin prend alors part à la vie mondaine, donne des leçons de piano aux épouses et aux enfants de toute l’aristocratie parisienne et joue dans les salons les plus renommés. C’est également à Paris qu’il rencontre George Sand, qui sera sa compagne jusqu’en 1847. Durant ses années avec l'écrivaine, il passera ses étés dans son domaine de Nohant et composera énormément. Mais la santé de Chopin est extrêmement fragile : toujours faible et malade, il donne un dernier concert triomphal à Paris le 16 février 1848, avant de partir à Londres. Le climat londonien lui est alors insupportable et son état s’aggrave de manière conséquente. Il meurt le 17 octobre 1849, à l’âge de trente-neuf ans, 12, place Vendôme à Paris et est enterré au cimetière du Père-Lachaise. France Culture, septembre 2019

Frédéric Chopin, peint par Delacroix




https://www.franceculture.fr/emissions/la-compagnie-des-oeuvres/frederic-chopin-14-la-breve-vie-de-frederic-chopin


Wolfgang Amadeus Mozart 
compositeur autrichien, figure majeure du classicisme (Salzbourg, 1756 – Vienne, 1791) 

Le père de Mozart, musicien au service du prince-archevêque de Salzbourg, occupe une place prépondérante dans la réussite de son fils. Il lui enseigne la musique et organise son premier concert en public alors que Mozart est seulement dans sa sixième année. L’enfant prodige se produit par la suite dans de nombreuses villes d’Europe, à Vienne devant l’impératrice Marie- Thérèse, à Versailles devant la famille royale et la cour, à Londres devant le roi Georges III. 

Mozart se retrouve très vite sollicité par la noblesse qui ne tarit plus d’éloges à son sujet ; il compose ses premières grandes œuvres, opéra bouffe, messe, quatuor, concerto, symphonie, en tout plus de six cents pièces en trente-cinq ans. Son succès lui permet de dépasser peu à peu les normes formelles de son temps et de s’affranchir des contraintes sociales pesant sur le statut du compositeur : malgré de nombreuses dettes, il trouve une certaine indépendance à Vienne où il s’établit à partir de 1781. Si sa "Flûte enchantée" rencontre un franc succès, les problèmes de santé du compositeur s'aggravent du à un rythme de travail effréné. 

C'est alité qu'il commence à composer son Requiem. Il est conscient qu'il arrive au soir de sa vie et qu'il ne pourra malheureusement l'achever (il laisse cependant des instructions pour le finir, il fait appeler son élève, Süssmayer, pour lui confier comment terminer la messe). Mozart s'éteint le 5 décembre 1791 à l'âge de 35 ans, dans l'indifférence générale. Le compositeur de génie sera enterré à Vienne dans une fosse commune, avec seize autres cadavres. 

Le génie de Mozart tient à l’originalité décisive qu’il fait naître de sa maîtrise parfaite des genres : il réussit à la perfection à allier lyrisme de la mélodie italienne et technicité du contrepoint allemand en un style à l’expressivité unique. Son œuvre contient en germe l’ampleur et l’effusion passionnée qui caractériseront la période romantique. 

SOURCES :













Commentaires

Articles les plus consultés